Les types de courses hippiques régionales

Les courses hippiques ont existé depuis des années, voire des siècles. En effet, il faut savoir qu’à un moment, ces courses étaient tellement régulières que plusieurs personnes n’hésitaient pas à parier et faire des pronostics dessus. Cette pratique n’a d’ailleurs pas réellement changé. Les courses hippiques régionales font jusqu’à présent, l’objet de plusieurs paris, et cela, en plus d’être une discipline à part entière pour les cavaliers et un bon exercice pour les chevaux. Plusieurs personnes s’intéressent à ces courses hippiques régionales. Il en existe plusieurs types qu’on vous présentera dans ce présent article.

Les courses hippiques de trot

Lorsqu’on parle de trot, on désigne principalement l’allure du cheval qui est assez spécifique à cette appellation. Un cheval au trot doit effectuer les mouvements antérieurs gauches, postérieurs droits, à la suite d’un antérieur gauche et postérieur droit, et cela, en mettant exactement les mêmes appuis et les mêmes temps au sol. Ce trot doit se faire de manière très minutieuse et aussi très rapide, dans le cas contraire, le cheval peut facilement se mettre à galoper et dans ce cas-là, il sera disqualifié.

Les courses hippiques de trot se font de deux manières différentes : le monté ou l’attelé.

  • Le trot attelé se caractérise par un sulky que le cheval va tracter. Sur ce sulky, sera positionné le cavalier. Le cheval devra, au trot, arriver le premier à la ligne d’arrivée pour gagner.
  • Le trot monté : le principe reste le même que pour le premier type de courses hippiques de trot. Cependant, la différence se fera grâce au cavalier qui devra monter directement sur la selle du cheval.

Il n’y a pas uniquement des types de trot, mais également des types de départs dans cette discipline de courses hippiques. On retrouvera donc principalement les départs à l’autostart, mais également un second type, plus utilisé en France, qui est le départ à la volte.

L’autostart est une structure métallique et mécanique après laquelle les chevaux vont se positionner avant le départ. Une fois le départ donné, les ailles se rabattront, automatiquement, pour leur permettre de s’élancer. Le départ à la volte se caractérise par un départ en perpendiculaire à la piste de course de manière à ce qu’une fois le départ donné, le cheval devra faire un quart de tour, avant de s’élancer.

Les courses hippiques en plat

Il existe également des courses hippiques de type plat qui sont, d’une certaine manière, plus classiques et traditionnelles que les autres types de courses. L’objectif est de parcourir une distance entre 400 et 900 mètres, en un temps relativement très court. Le principe est que chaque cheval sera positionné à une distance plus ou moins proche de la ligne d’arrivée. Ainsi, on peut associer aux plus avantageux les premiers numéros, car ils seront plus proches de l’arrivée. Bien évidemment, ces numéros seront tirés au hasard.

Les chevaux seront disposés dans leurs box respectifs avant de pouvoir s’élancer sur la course, une fois le départ donné.

Ce type de courses s’effectue au galop du cheval, la vitesse sera donc comprise entre 65 et 70 km/h, pour un poids de cavalier porté entre 51 et 65 kg. Dans le poids porté, le cavalier n’est pas le seul à être pris en compte, mais également la selle.

Les courses hippiques à obstacles

Il faut savoir que les courses hippiques en obstacle ne sont pas réellement différentes des courses hippiques en plat. La seule différence entre les deux est les obstacles que vont devoir franchir les chevaux durant leur course. Il existe cependant, trois types d’obstacles :

  • Des courses de haies avec des obstacles identiques.
  • Des courses steeple-chase avec quatre obstacles différents.
  • Des courses cross avec des obstacles naturels.

Laisser un commentaire

+ 85 = 94